Les nouveaux bâtiments de Bretagne Plants inaugurés le mercredi 11 janvier 2012

    EXTRAIT JOURNAL LE TELEGRAMME

    Pommes de terre. Le plant breton s »exporte bien

    12 janvier 2012

    Le plant de pomme de terre breton a la cote. En 2011, 81.000 tonnes de tubercules ont été expédiées dans 48pays différents. La filière a inauguré, hier, à Hanvec (29) son nouveau laboratoire de culture in vitro.

    Quatrième culture mondiale, la pomme de terre est de plus en plus consommée dans les pays en développement. La production augmente fortement dans les pays asiatiques, en Afrique du Nord et au Moyen-orient où commencent à fleurir des usines de fabrication de frites et de chips. La Bretagne, productrice de plants et créatrice de variétés, a une belle carte à jouer car tous les pays producteurs ne disposent pas, comme elle, de conditions climatiques propices à la fourniture d »un plant de qualité sur le plan sanitaire en particulier. Avec l »appui de l »État, de la Région et des départements bretons, la filière vient d »ailleurs d »investir un million d »euros à Hanvec, sur le site de la zone artisanale de Keranveguen, dans la construction d »un nouveau laboratoire de culture in vitro. «Ce laboratoire nous permettra de produire et multiplier en conditions saines la première génération de tous les plants de pomme de terre de Bretagne», résume Emmanuel Guillery, directeur de Bretagne-Plants, l »organisation des sélectionneurs bretons. Au total, 14 personnes travaillent sur les deux sites d »Hanvec, l »autre laboratoire, basé à Roudouhir étant désormais réservé à la détection des maladies.

    81.000 plants commercialisés

    Ce savoir-faire acquis en trois décennies explique le succès de la filière bretonne sur les marchés à l »export. En 2011, elle a commercialisé 81.000 tonnes de plants contre 71.500 l »année précédente. «C »est lié à une forte percée du marché égyptien qui est devenu notre premier client devant la Tunisie. La présence d »un jeune ingénieur envoyé par la filière en mission d »appui technique a permis aux exportateurs de faire connaître l »existence du plant breton et nos nouvelles variétés», note Emmanuel Guillery. La filière bretonne compte aujourd »hui 293 producteurs pour une surface totale de 5.151hectares dont 3.500 dans le Finistère, premier département français pour la production de plants. En 2011, les 17collecteurs et 56producteurs-vendeurs ont commercialisé 136.170 tonnes de plants. La Bretagne représente environ 30% de la production nationale. Parmi les principales variétés cultivées dans le sol breton, citons Spunta (960hectares) et Charlotte (489hectares). Viennent ensuite Safrane, Atlas et Alaska.

    Frédérique Le Gall